L’approche transdiagnostique 2

Un livre en français a été publié le 15 juin 2016 sur l’approche transdiagnostique : « L’approche transdiagnostique en psychopathologie: Alternative aux classifications nosographiques et perspectives thérapeutiques » sous la direction de Jean-Louis Monestès et Céline Baeyens. Il fait le point et isole certains processus psychologiques communs à tous les troubles d’apparence très différents.

http://amzn.to/2gtki2R

« L’approche catégorielle, ou par diagnostic, (DSM, CIM) implicitement calquée sur un modèle médical inadapté en psychopathologie, est d’un intérêt limité pour le praticien et est rejetée par un nombre croissant de thérapeutes et de chercheurs pour la pauvreté de ses apports conceptuels. Face à ces limites, l’approche transdiagnostique reçoit une attention croissante. Elle  considère que les processus psychologiques responsables des troubles psychologiques sont communs à tous les troubles d’apparence très différents. Parmi ces processus, on trouve la tendance à l’évitement, la rumination, la difficulté à désengager son attention de ses pensées et de ses émotions, ou encore l’impulsivité. Sur la base de ces travaux, des protocoles de soins commencent à être proposés et évalués, et pourraient révolutionner le travail quotidien des thérapeutes comme le devenir des patients qu’ils prennent en charge. »

INTRODUCTION 1
Jean-Louis Monestès, Céline Baeyens
PREMIÈRE PARTIE VERS UNE APPROCHE FONCTIONNELLE ET PROCESSUELLE
1. S’affranchir du DSM ou d’une vision essentialiste des problèmes psychologiques 11 Martial Van der Linden
La conception essentialiste des difficultés psychologiques : caractérisation et limites 13
Une illustration : l’approche essentialiste de la dépression 14
Une autre approche des difficultés psychologiques 21
Conclusion : une conception plurielle, intégrative et individualisée de l’évaluation et de l’intervention psychologiques 25
2. Démêler l’écheveau des processus psychologiques en psychopathologie 33 Pierre Philippot
Définir le concept de processus 35
Les processus dans la conceptualisation de cas en psychopathologie 37
Situer les processus psychologiques dans un modèle psychopathologique général 39
Vers une nomenclature des processus psychologiques ? 42
Barlow : l’évitement expérientiel comme processus fondamental unique, 43

La classification basée sur les fonctions cognitives, 46
Une classification croisée des processus psychologiques impliqués en psychopathologie 47
Les distinctions de domaines, 47

•Les distinctions entre processus inter et intrapersonnels, 52

• Les distinctions de spécificité, 53
Processus et fonction 55
Conclusion 55
3. Les processus du langage et de la cognition impliqués dans la psychopathologie 61 Matthieu Villatte
Une approche comportementale du langage et de la cognition 62
Le langage conduit à l’évitement expérientiel 65
Le langage peut conduire à la persistance de comportements inefficaces 69
Le langage détériore ou désoriente la motivation 76
Conclusion 79
4. La flexibilité psychologique : un méta-processus responsable des difficultés psychologiques 85 Jean-Louis Monestès
Définir la flexibilité psychologique 86
Mesurer la flexibilité psychologique 91
Implications de l’inflexibilité psychologique dans différentes difficultés psychologiques 95
Conclusion 97
DEUXIÈME PARTIE PROCESSUS INTRAPERSONNELS ET INTERPERSONNELS DANS UNE APPROCHE TRANSDIAGNOSTIQUE
5. D’une approche symptomatique à une approche transdiagnostique : le cas des pensées répétitives négatives 103 Céline Baeyens
D’une approche symptomatique à une approche processuelle 104
D’une approche processuelle à une approche transdiagnostique 111
Présence de ruminations dans différents troubles, 111
• Larumination comme facteur explicatif de la comorbidité entre les troubles, 112
• Le développement du concept de« Pensées Répétitives Négatives », 112
Vers des interventions processuelles et transdiagnostiques 114
Les thérapies métacognitives, 114
• L’entraînement à la concrétude et la thérapie cognitivo-comportementale centrées sur les ruminations, 115
• La thérapie basée sur la pleine conscience, 117
• Interventions centrées sur la modification des biais cognitifs, 117
• Interventions transdiagnostiques ?, 118
Conclusion et perspectives 119
6. Le perfectionniste, un patient idéal ? Vers une prise en charge transdiagnostique du perfectionnisme 125 Céline Douilliez, Julie Rivière, Marine Dupont
Le perfectionnisme : définition et évaluation 127
Perfectionnisme et psychopathologie 130
Trouble dépressif majeur, 130
• Troubles des conduites alimentaires, 131
• Le trouble obsessionnel-compulsif, 132
•Le trouble d’anxiété sociale, 133
Vers une prise en compte du perfectionnisme dans la prise en charge des troubles spécifiques 134
Le modèle cognitivo-comportemental du perfectionnisme, 135
• Les interventions ciblant le perfectionnisme, 138
Implications cliniques et perspectives 139
7. Biais attentionnels et psychopathologie : de la recherche fondamentale à la recherche-développement en technologies thérapeutiques 147 Alexandre Heeren
Aux origines de l’intérêt pour le biais attentionnel 150
Implication causale du biais attentionnel dans la vulnérabilité émotionnelle 151
Vers une utilisation thérapeutique de la modification du biais attentionnel 154
Vers un modèle de la modification du biais attentionnel 157
Perspectives et discussion 160
8. Approche processuelle de l’insatisfaction corporelle clinique : conceptualisation et intervention dans la peur d’une dysmorphie corporelle 167 François Nef
L’expérience corporelle et les troubles de l’expérience corporelle 168
Conceptualisation processuelle de l’insatisfaction corporelle clinique dans la PDC 170
Auto-centration et focalisation sur l’apparence, 170 •
Évaluation du corps comme objet esthétique et traitement de l’information corporelle, 173 • Réactions affectives négatives, 177 • Copings dysfonctionnels, 177
Interventions centrées sur l’insatisfaction corporelle clinique dans la PDC et d’autres troubles de l’expérience corporelle 179
Hyper-conscience de son corps, 180 • Évaluation négative de son physique, 181 • Réactivité affective à l’apparence, 183 •
Copings pour gérer l’apparence et sa conscience douloureuse, 184
Conclusions et perspectives 185
9. Vers une approche processuelle et transdiagnostique de l’empathie 191 Arnaud Carré
Les différents processus de l’empathie 195
La dimension affective du fonctionnement empathique, 196 •
La dimension cognitive du fonctionnement empathique, 198
Situer l’empathie en psychopathologie et psychologie clinique 200
CONCLUSION 211
Jean-Louis Monestès, Céline Baeyens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *