L’attention ouverte

La méditation de pleine conscience peut utiliser une attention focalisée, sur la respiration par exemple, ou une attention plus ouverte (ou observation ou conscience ouverte…).

L’attention focalisée est souvent efficace pour assurer un certain calme, une absence d’agitation et une attention plus stable, moins distraite. Cela améliore notre capacité de voir clairement de façon pénétrante.

L’attention peut alors ouvrir son champ à l’ensemble des stimuli de l’expérience présente d’une manière particulière : avec curiosité, sans réagir et avec bienveillance.

Parmi les échelles psychologiques qui tentent de mesurer la pleine conscience, l’échelle de pleine conscience de Toronto (Toronto Mindfulness Scale*) précise bien ce concept d’attention ouverte à travers différentes capacités. Voici ma traduction, un peu adaptée pour cet article, des items contenus par ce questionnaire :

***

Je reste curieux de la nature de chaque expérience telle qu’elle se présente.

Je suis plus investi dans l’observation de mes expériences telles qu’elles apparaissaient que dans leur signification.

J’aborde chaque expérience en essayant de l’accepter, qu’elle soit agréable ou désagréable.

Je suis conscient de mes pensées et de mes sentiments sans trop m’identifier à eux.

Je suis curieux de mes réactions aux choses.

Je suis plus attentif à être ouvert à mes expériences que de les contrôler ou de les modifier.

Je suis curieux de savoir ce que je peux apprendre sur moi-même en prenant conscience de ma réaction à certaines pensées, sentiments ou sensations.

Je ressens mes pensées plus comme des événements dans mon esprit que comme un reflet nécessairement exact de la façon dont les choses sont « réellement ».

Je suis réceptif à l’observation de pensées et de sentiments désagréables sans interférer avec eux.

Je suis curieux de connaître les pensées et les sentiments que j’ai.

Je me sens distinct de mes pensées et de mes sentiments changeants.

Je suis curieux de savoir ce que je pourrais apprendre de moi-même en prenant simplement conscience de ce qui attire mon attention.

Je suis curieux de voir ce que mon esprit va faire d’un moment à l’autre.

***

* Lau, M. A., Bishop, S. R., Segal, Z. V., Buis, T., Anderson, N. D., Carlson, L., … & Devins, G. (2006). The Toronto mindfulness scale: Development and validation. Journal of clinical psychology, 62(12), 1445-1467.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :